Consultant

Briefing

ICM Engineering, c’est :

Etudes de sol
Géotechnique
Hydrogéologie
Géothermie

Géotechnique...

En fonction de l’importance du projet, une ou plusieurs des techniques d’investigation ci-dessous sont mises en oeuvre, puis corrélées entre elles afin de répondre à la demande du client :

Observation visuelle et analyse préliminaire du site :
Déterminer les fondations d’un projet ou le type de blindage de paroi à mettre en œuvre ne se fait pas avec la seule connaissance des caractéristiques du sous-sol, il faut aussi prendre en compte les éléments présents autour du projet :
   - situation générale et topographie du site,
   - présence ou non de bâtiments à proximité du projet,
   - présence d’un cours d’eau,
   - proximité de la voirie.

Pour optimiser les résultats de l’étude géotechnique il faut intégrer ces paramètres.

Essai de pénétration dynamique :
Le but de la pénétration dynamique est de mesurer l’énergie nécessaire pour enfoncer une pointe dans le sol (sous l’action d’une masse de 50kg, DPH) et obtenir ainsi des valeurs de résistance qui correspondent aux propriétés du sol. La résistance de pénétration dynamique est définie par le nombre de coups nécessaires pour un enfoncement sur une profondeur donnée (10 cm).
Les résultats des essais sont ensuite portés sur un diagramme montrant la résistance à la pointe en fonction de la profondeur.

Cliquez pour agrandir Cliquez pour agrandir Cliquez pour agrandir

Essai de pénétration statique :
L’essai de pénétration statique consiste à pousser la pointe dans le sol au moyen d’un vérin avec une vitesse de pénétration constante de 2 cm/s. La résistance au cône et la résistance totale (résistance au cône + résistance au frottement latéral) sont mesurées tous les 20 cm.
Les résultats des essais sont ensuite portés sur un diagramme montrant la résistance à la pointe et la résistance au frottement latéral sommées en fonction de la profondeur.

Cliquez pour agrandir Cliquez pour agrandir Cliquez pour agrandir

Forage carotté :
Le forage carotté permet l’échantillonnage direct du sol, afin d’en déterminer sans équivoque la constitution. C’est une action essentiellement qualitative à mettre en relation avec les essais de pénétration, les essais pressiométriques ou encore des essais de laboratoire (essais de compression, limites d’Atterberg,...).

Cliquez pour agrandir Cliquez pour agrandir

Essai pressiométrique :
L’essai pressiométrique est un essai de force portante particulier effectué in situ (dans un forage). Il consiste à appliquer sur la paroi du forage par l’intermédiaire d’une sonde dilatable une pression croissante jusqu’à la rupture du terrain si possible. A chaque palier de pression, on relève l’accroissement de volume de la sonde.
Les mesures réalisées sont portées sur des diagrammes pressio-géologiques établis pour chaque forage et qui représentent la juxtaposition du profil géologique obtenu à partir de l’analyse des carottes de forage et du profil pressiométrique avec les valeurs de E et pl.
Il permet un calcul précis de la force portante du sol et des tassements sous fondation.

Cliquez pour agrandir Cliquez pour agrandir Cliquez pour agrandir

Essai sismique réfraction :
Le but de la prospection par sismique-réfraction est d’estimer l’épaisseur des terrains meubles et de caractériser le sommet du bedrock. L’essai mesure les temps de propagation de l’onde entre la source (impact d’un marteau,…) et les géophones (capteurs d’onde placés à distance définie de la source). L’interprétation des signaux obtenus permet de déterminer les vitesses sismiques des diverses couches et leur profondeur.
La vitesse est un bon indicateur de compacité et d’excavabilité des terrains (rippabilité).

Cliquez pour agrandir Cliquez pour agrandir Cliquez pour agrandir

Retour

TOP